NOUVEAU FORMAT : “décryptage” en 4 pages d’une problématique économique, sociale, environnementale…

Depuis 2011, il était communément admis – et souvent répété – qu’il « fallait » construire 6.500 logements par an au Luxembourg, à l’exception de quelques rares voix, pas toujours comprises d’ailleurs, qui nuançaient cette analyse en rappelant qu’il y avait une différence entre « besoin/demande potentielle » en logements et nombre de logements à construire. Une récente étude du STATEC permet aujourd’hui d’affirmer que le parc de logements du Luxembourg était surdimensionné durant des décennies et que, grâce à cela, la population a pu être logée depuis 2010 alors que l’on construisait moins que les 6.500 logements projetés. Cela implique néanmoins que le stock de logements excédentaires s’est réduit, et que – toute chose égale par ailleurs – le flux de logements neufs devrait progressivement coïncider avec la croissance du nombre de nouveaux ménages. Concrètement, il risque d’être bientôt nécessaire de construire jusqu’à deux fois plus de logements par an que ce qui est produit actuellement. Mais en l’état actuel des connaissances et compte tenu d’une certaine rigidité « naturelle » de l’offre, cela ressemble davantage à un objectif inatteignable qu’à une prévision crédible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *