Cher Père Noël,

On vous écrit une lettre

Que vous lirez peut être.

Ayant été particulièrement « gentils » cette année, en plus d’avoir été grandement productifs (Avis annuel, Idées du mois, blogs, matinales), nous vous adressons notre liste de vœux pour 2016.

Tout d’abord nous voudrions (pour le Luxembourg et au delà) de la croissance (un membre de l’équipe a voulu que nous y ajoutions « durable »). Nous voudrions donc de la croissance durable, parce que la croissance nous semble être encore ce qu’il y a de mieux pour relever les défis sociaux et écologiques. De la (bonne) croissance donc partout et pour tous.

Aussi nous aimerions que le couple franco-allemand – moteur de l’Europe – soit moins déséquilibré (assez de voir le couple se jalouser et se critiquer avec d’un coté une Allemagne avec des records d’exportations et de l’autre une France avec des records de chômage).

Que la Belgique crée des milliers d’emplois grâce à son tax-shift; car ce sera une preuve éclatante offerte à toute l’Europe que faire confiance aux entreprises est la solution de sortie de la crise. (ps une finale impliquant deux de nos pays voisins, dont la Belgique car, en tant que Luxembourgeois, nous avons implicitement des sympathies pour le plus « petits » de nos trois « grands » voisins, à l’euro2016 serait aussi très chouette…)

Que le prix du pétrole arrête sa dégringolade. Si cette baisse a été un plan de relance sans frais pour de nombreux pays importateurs, elle met à mal la cohésion sociale dans de nombreux pays exportateurs (Brésil, Venezuela, Russie, etc.) et complique la tâche des grandes Banques centrales. Si elle devrait se poursuivre, cela pourrait avoir des effets de seconds tours pas très « peace and love », en plus de « décourager» les investissements (pourtant nécessaires) en énergies renouvelables et en efficacité énergétique. (ps pas de mauvaise blague Père Noël, nous demandons que la baisse s’arrête et non pas que les prix se remettent à flamber).

Que le Luxembourg demeure ce qu’il est : un pays qui prospère, accueillant, réactif, avec un sens aiguisé du consensus et de l’intérêt général, capable de se moderniser et de se réinventer en permanence.

Qu’IDEA continue en 2016 d’être force de propositions, notamment sur des sujets où on ne l’attend pas.

Et que les vœux les plus chers de nos lecteurs se réalisent.

Ps : la Fondation IDEA asbl étant très jeune, elle croit, très logiquement, encore au père Noël.

Votre équipe IDEA.

One thought on “Lettre au Père Noël

  1. De nombreux économistes pensent que nous devrons accepter que la croissance ne soit plus ce qu’elle a été. Je sais que la croissance facile du Luxembourg a permis le succès de la Tripartite, mais ce n’est plus vrai (Paperjam de janvier 2016). Alors, il faut changer de paradigme ou de paradis ce qui revient au même ?
    Je vous suggère de lire l’excellent livre de Daniel Cohen “Le Monde est clos et le désir est infini” publié en 2015 et de méditer une de ses conclusions : “Que deviendra-t-il (le monde moderne) si la promesse d’une croissance indéfinie est devenue vaine ? Saura-t-il trouver d’autres satisfactions ou tombera-t-il dans le désespoir et la violence ?”
    J’ai évidemment des suggestions à proposer à vos réflexions car je ne crois plus au Père Noël depuis longtemps (j’ai 78 ans). Mais pourrez-vous les entendre ? J’espère que oui, ce sera le vœu que je vous adresse amicalement.

    Bernard Baudelet Professeur de classe exceptionnelle des universités en sciences, Retraité de l’Institut National Polytechnique de Grenoble. Consultant et Coach en Ressources Humaines en entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *