De menace sanitaire en Chine en début d’année, la maladie à coronavirus 2019 s’est depuis transformée en crise sanitaire, économique et sociale mondiale. Au Luxembourg, deux plans de stabilisation et de renouveau – pouvant mobiliser jusqu’à 11 milliards d’euros – ont été mis en place afin de préserver l’emploi et le tissu productif. Mais malgré ces interventions, le Grand-Duché pourrait connaître sa plus sévère récession depuis 1975, une perspective de nature à éroder la confiance des agents économiques et à peser sur leurs comportements d’arbitrage entre consommation, investissements, et épargne. Dans ce contexte, l’orientation prospective de la politique budgétaire devient un élément important à même de réduire les incertitudes sur le potentiel de la reprise et de briser l’éventuel cercle vicieux qui pourrait s’installer entre pessimisme et récession.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *