L’exposé introductif de Muriel Bouchet lors de la conférence de rentrée de l’OAI s’est focalisé sur l’évolution de la population résidente et de sa structure par âge, appréhendées sur la base de quelques projections démographiques de long terme dont un scénario central, puis une version supposant un nombre de frontaliers stable dès 2020 et enfin un scénario « immigration zéro » purement illustratif. L’incidence sur la population totale, sa ventilation par âge et le nombre de frontaliers a été dégagée.

Dans la seconde partie de l’exposé, les conséquences possibles pour l’habitat et les infrastructures en fonction notamment du nombre prévu de ménages ou du nombre de personnes à mobilité réduite ont été esquissées.

Pour ouvrir la table ronde, Muriel Bouchet a posé un certain nombre de problématiques telles que “convient-il de construire plus en hauteur, de construire davantage de zones mixtes ?” “Quelles conséquences concrètes pour l’aménagement des bâtiments, pour la voirie publique (accès à l’habitat, aux bâtiments officiels, aux transports publics, modes de stationnement, maisons de repos et de soins, etc.)?” “Quelle place pour l’automobile, les transports en commun ou l’habitat ?”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *