Comme le soulignait le STATEC dans une remarquable étude[1], « en se penchant de plus près sur les chiffres et leur évolution, le phénomène du chômage des jeunes s’avère […] complexe ». Ainsi, si le taux de chômage des 15-24 ans était au Luxembourg de 18,5% en août 2015[2], il est pour le moins « hasardeux » d’en conclure que les jeunes y sont « particulièrement » mal lotis, et faux de dire que près d’un jeune sur cinq est au chômage au Grand-duché. Certes, le taux de chômage des jeunes est près de 4 fois plus élevé au Luxembourg que celui des adultes (25-64 ans) – contre 2 fois en moyenne dans la zone euro – mais ce chiffre ne permet pas d’apprécier « réellement » la situation des jeunes au regard de l’emploi.

Le taux de chômage des jeunes, ne concerne, par définition, que les jeunes « actifs ». Puisque le taux d’activité[3] des jeunes est au Luxembourg particulièrement faible (26%), ce ne sont pas 22% des jeunes qui sont chômeurs, mais (seulement) 22% des 26% de jeunes « actifs », soit environ 6% des jeunes. Par ailleurs, avec la généralisation tardive des études secondaires et supérieures, et parce que cumul travail-emploi (y compris les formations en alternance) est très peu développé au Luxembourg, les étudiants ne font pas partie de la population active, si bien que les non qualifiés y sont surreprésentés.

En définitive, les « jeunes au chômage » au Luxembourg sont donc principalement des jeunes non qualifiés et/ou en situation d’échec ou de décrochage scolaires, et pas très nombreux. La part des jeunes dans le total des inscrits à l’ADEM ne représente d’ailleurs que 11% (sur les 8 premiers mois de l’année), et les jeunes n’ont compté que pour 5% dans la hausse du nombre de chômeurs au Luxembourg depuis la crise.

 Répartition des chômeurs en fonction de l’âge

âge chômeurs
Source : STATEC

Ps : Il ne peut toutefois être exclu que certains jeunes ne sont pas dans les statistiques car non inscrits à l’ADEM (l’un des objectifs de la Garantie pour la jeunesse est d’ailleurs « d’activer » ces jeunes ni en emploi, ni en éducation, ni en formation et éloignés du marché du travail).


[1]http://www.statistiques.public.lu/catalogue-publications/regards/2013/PDF-21-2013.pdf http://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/7012756/3-30092015-AP-FR.pdf/be4fd6a4-37c2-4fbf-90d7-c30eab0ced98

[2]Selon la définition BIT du chômage.

[3]Le taux d’activité est le rapport entre le nombre d’actifs (actifs occupés et chômeurs) et l’ensemble de la population correspondante.

Merken

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *