En matière de retraite, le Grand-Duché est confronté à un ensemble de défis : vieillissement de la population, passage à la retraite des générations du baby-boom et des travailleurs frontaliers et étrangers qui ont accompagné l’essor de l’économie à partir des années 1980, taux de croissance du nombre de pensions supérieur à celui des assurés-cotisants, sensibilité des équilibres financiers du régime de pension aux variables éco-démographiques, risque d’insoutenabilité du régime, etc.

Plutôt que de penser les pensions en termes macro-économiques et de projections à long terme qui supposent des hypothèses techniques parfois fragiles (nombre de pensionnés futurs, nombre de cotisants futurs, évolution de la réserve du Fonds de compensation, évolution future de la prime de répartition, croissance de l’emploi et de la productivité, etc.) nous avons tenté compte tenu des paramètres connus (la législation en vigueur y compris la réforme de 2012, l’espérance de vie à la naissance, etc.) de répondre à trois questions simples :

  1. Quel est le taux de rendement interne du régime général de pension luxembourgeois pour un salarié ayant un salaire moyen, faible ou élevé ayant effectué une carrière lui donnant droit à une pension complète?
  2. Quelle est la fortune nette de pension – soit l’écart entre les cotisations versées durant la carrière et les flux des pensions reçues durant la retraite – pour ces individus ?
  3. Au bout de combien de mois récupère-t-on en prestations l’équivalent actualisé des cotisations versées durant les décennies de vie active ?

La question de savoir – compte tenu des réponses à ces questions -quelles pourraient être les réformes futures à engager pour rendre le système de retraite luxembourgeois plus performant n’est pas traitée dans cette publication, car elle dépend de choix sociaux et d’arbitrages politico-institutionnels qui dépassent le cadre de notre analyse et qui feront l’objet de futures publications.

One thought on “Idée du mois n°19: Pensons pensions !

  1. Bonjour, j’ai vu votre étude dans la presse et je trouve l’approche intéressante mais je ne comprends pas pourquoi vous renvoyez dos à dos ceux qui disent que tout va bien et ceux qui disent que tout va mal alors que dans une précédente publication vous disiez que le système allait droit dans le mur et que le déficit serait de plus de 15% http://www.fondation-idea.lu/2014/05/16/un-cahier-detude-de-la-bcl-qui-interpelle-pensions-mieux-maux-prevenir-aujourdhui-que-guerir-demain/
    Pourquoi ce retournement sur l’insoutenabilité du système de Ponzi qui fait que l’on devra exporter de plus en plus de ressources vers les frontaliers retraités qui auront des logements bon marché alors que nous au Luxembourg nous auront à vivre avec des logements chers à financer ou éloignés de nos petits enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *