Laura Zuccoli est employée à l’Association de Soutien aux Travailleurs  Immigrés depuis octobre 1983 et en est la présidente depuis novembre 2009. Elle travaille au sein de l’agence interculturelle accompagnant les communes dans leurs efforts d’intégration locale, coordonne et initie les projets de l’ASTI et milite pour les droits égaux et le vivre ensemble.

Je vais vous parler d’un sujet dont vous vous imaginez que je vais parler. Je sais que depuis le référendum, le droit de vote des étrangers est un peu un sujet tabou mais je me permets tout de même comme Premier Ministre de prendre certaines décisions politiques courageuses. Je voulais en fait revenir sur le droit de vote. Je voulais rappeler que le droit de vote c’est un acte où on donne un vote à quelqu’un et on lui délègue un pouvoir dans le sens où on lui dit « tiens tu vas dans différentes instances me représenter et agir en mon nom pour le bien être de tout le monde ». Ceci est quelque chose d’important et d’ailleurs le droit de vote universel, dont on va fêter l’année prochaine les 100 ans, est important à Luxembourg car nous avons une population que vous connaissez… Il y a les étrangers et les Luxembourgeois et on s’avance tout doucement vers la barre des 50/50. On n’y est pas encore mais on y sera bientôt. Je pense que dans un pays où on réside, il est important qu’effectivement le droit de vote universel s’applique. Le droit de vote universel nous permet justement nous, les gens qui vivent ici, de donner une voix et un mandat politique aux représentants. Pour l’instant, il existe au niveau communal : tous les étrangers résidents à Luxembourg peuvent voter aux élections communales et il existe au niveau européen. Mais pour les deux, il faut chaque fois faire une démarche volontaire et en cela on se différencie des luxembourgeois.

Les Luxembourgeois on ne leur demande pas. A 18 ans ils sont d’office inscrits sur les listes électorales et ont l’obligation de vote qu’ont aussi les étrangers qui s’inscrivent sur les listes électorales. Donc une mesure pour rééquilibrer l’électorat à Luxembourg et le rendre beaucoup plus représentatif de la population qui vit dans ce pays déjà dans les deux votes qui existent c’est-à-dire communal et européen serait l’inscription d’office sur les listes électorales. Cette inscription d’office aurait beaucoup d’avantages : d’abord elle enlèverait une discrimination par rapport au Luxembourgeois. Les pauvres, eux, on ne leur demande pas. Eux les pauvres ils doivent aller voter. On ne leur demande pas s’ils s’intéressent ou pas à la politique luxembourgeoise. D’office, on part du principe qu’ils s’y intéressent et si on est Luxembourgeois, qu’on a vécu 20 ans à l’étranger et qu’on revient au Luxembourg, du jour au lendemain on peut aller voter aux communales et aux européennes, qui sont pour l’instant les deux possibilités de vote des non-luxembourgeois. Je pense que c’est discriminatoire. Or je suis pour l’égalité de traitement de tout le monde donc je trouve que les Luxembourgeois doivent avoir les même droits que les étrangers et donc que les étrangers soient inscrits d’office sur les listes électorales. Parce que je suis pour, et je tiens à le dire, le droit de vote obligatoire.

Ensuite je trouve qu’on pourrait élargir la base électorale et surtout et ça c’est important l’électorat serait plus représentatif de ce que nous vivons et donc des dossiers qui bloquent souvent parce que l’électorat est plutôt âgé, travaille dans certains secteurs et même au niveau communal l’intérêt pour le vivre ensemble serait beaucoup plus sérieusement pris en compte. Peut-être que les préoccupations de jeunes familles qui sont en général des familles non luxembourgeoises pourraient aussi au niveau local être beaucoup mieux prises en considération. Et surtout, ce serait un processus inclusif. C’est-à-dire qu’on montrerait qu’on est le bienvenu, on paye ses impôts et on ne vous demande pas si vous voulez payez vos impôt, on vous dit vous les payez et ici dans ce cas on vous permettrait également de faire partie de la communauté en exprimant votre vote parce que, tout de même, on est dans une démocratie. Ca permettrait aussi de faire diminuer les peurs parce que finalement on va se rendre compte que les personnes qui habitent ici ont les mêmes problèmes, logement, mobilité garde d’enfants, qui sont des problèmes en partie qui se résolvent au niveau communal. Et donc l’inscription d’office au niveau communal serait une bonne chose : ce rééquilibrage permettrait d’ouvrir cet électorat. Maintenant, vous allez me dire « oui mais on ne peut pas obliger les étrangers à s’inscrire ça ne va pas, ce sont des gens avec une autre nationalité ». Moi je suis pour le principe avec le vote par résidence et il faut savoir que déjà maintenant les étrangers inscrits sur les listes peuvent se désinscrire, ce que d’ailleurs les Luxembourgeois ne peuvent pas. Voilà ce serait la mesure que je prendrais pour pouvoir mener une politique plus offensive, disons plus réelle et plus représentative des intérêts de tous les résidents et cela permettrait d’intéresser plus les étrangers à la politique luxembourgeoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *