IDEA publie son 4ème document de travail : « Performance économique et marchés boursiers : le cas du Luxembourg », réalisé par Rachida Hennani. 

Performance économique et marchés boursiers : je t’aime un peu, passionnément,… à la folie !

Les bons chiffres absolus de la croissance économique (aux alentours de 4% en 2016) masquent partiellement la baisse, observée depuis 2007, de la part de la valeur ajoutée du secteur financier et assurantiel dans la valeur ajoutée totale, même si elle demeure élevée en comparaison internationale. La spécificité de l’économie luxembourgeoise, particulièrement ouverte sur l’extérieur, associée à son statut de centre financier de premier plan suggère la possibilité d’une influence importante des marchés boursiers sur le PIB luxembourgeois.

L’objectif de ce document de recherche est de contribuer au débat sur l’existence ou non d’un tel lien entre performance économique et marchés boursiers. Il montre à travers une double analyse, descriptive et économétrique :

  • les fortes liaisons qui existent entre les indices boursiers Eurostoxx 50 et Luxx avec les mesures de performance économiques données par le PIB et la valeur ajoutée du secteur financier ;
  • les co-mouvements significatifs entre ces mesures de performance (c’est-à-dire le fait qu’ils évoluent généralement dans le même sens : à la hausse ou à la baisse) et les indices boursiers sont confirmés par un indice de concordance, qui permet de mesurer la correspondance des cycles d’évolution ;
  • une relation de cause à effet des indices boursiers vers les mesures de performance économique (identifiée par un test de Granger (1969)) ;
  • un lien significatif entre marchés boursiers et performance économique (mis en évidence par une spécification Vectorielle Autorégressive) : à titre d’exemple, une baisse de 10% de l’indice Eurostoxx entraînerait une baisse de de 0,3 point de pourcentage du PIB et de 0,6 point de pourcentage de la valeur ajoutée du secteur financier. De la même manière, une baisse de 10% de l’indice luxembourgeois LuxX entrainerait une baisse de 0,4 point de pourcentage du PIB et de 0,9 point de pourcentage de la valeur ajoutée du secteur financier.

Au jeu du je t’aime, un peu, passionnément, à la folie, il semblerait que l’indice luxembourgeois soit le Valentin du jour !

Présentation au STATEC

Ce travail a été présenté au séminaire économique du STATEC le 14 février 2017 devant une assemblée d’une vingtaine de chercheurs. La présentation a donné lieu à des discussions autour de l’influence de l’indice luxembourgeois sur les performances économiques et notamment sur l’impact des titres composant cet indice sur le PIB. En guise d’ouverture, il a été question de méthodologies différentes pour évaluer les influences des marchés boursiers sur les mesures de performance économiques.

Nous remercions l’ensemble des participants pour leurs interventions et les échanges fructueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *