Le marché du travail luxembourgeois s’est largement « féminisé » au cours des dernières décennies. Alors qu’au milieu des années 1980 les femmes représentaient 33% des actifs, elles occupent près de 41% des emplois salariés actuellement. Cette progression de la participation des femmes au marché du travail s’explique par différents facteurs : le fort besoin en main-d’œuvre avec le développement économique, l’essor de nombreux emplois où les femmes sont très présentes (services de garde d’enfants, services domestiques, éducation, etc.), l’évolution des mœurs (mères célibataires actives, baisse de la proportion de femmes au foyer, introduction du congé parental, obsolescence du modèle « single male breadwinner[1]»,), etc.

Le taux d’emploi[2] des femmes au Luxembourg est ainsi passé de 40% en 1985, à 65% en 2014. Si l’écart entre le taux d’emploi des femmes et des hommes s’est considérablement réduit au cours des années, il est tout de même encore de 13 points (le taux d’emploi des hommes est de 78%). Aussi, un tiers des femmes au Luxembourg travaillent à temps partiel (contre seulement 5% des hommes).

Il est difficile de proposer une explication assurée sur les raisons de ce décalage entre le taux d’emploi des hommes et des femmes au Luxembourg, ou sur l’importance de l’emploi à temps partiel féminin; il s’agit d’ailleurs dans une certaine mesure (quoiqu’à des degrés moindres) d’une constante dans l’ensemble des pays européens.

Deux thèses sont cependant généralement avancées comme facteurs explicatifs:

  • le système d’imposition conjointe qui, quand les revenus sont inégaux dans le couple, incite au travail à temps partiel pour le second apporteur de revenus (qui en général est l’épouse), voire à l’inactivité. Ainsi, le taux de non-participation au marché du travail des femmes d’âge actif hautement qualifiées (15%) est 4 fois plus élevé au Luxembourg que la moyenne européenne.
  • la gestion de la maternité : en début de vie active les taux d’emploi des hommes et des femmes se confondent au Luxembourg mais l’écart se creuse (sans jamais se combler) autour de l’âge du premier enfant.

Evolution du taux d’emploi par sexe et classe d’âge 

Femmes et marché du travail


[1] Voir : Regards sur l’emploi des femmes, STATEC (mars 2014)

[2] Classe d’âge 20-64 ans.

Merken

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *